Actualités, articles et réflexions visant à comprendre autrement nos blocages, comportements et maladies... grâce, entre autre, au décodage biologique à la psycho-généalogie, à la physiologie et aux symboles

Décodage du diabète de type 2 (DNID) par la physiologie et la langue des oiseaux

Physiopathologie

 

L’anomalie fondamentale qui précède le DNID est l’insulino-résistance des tissus périphériques qui provoque une hyper sécrétion d’insuline. Cette insulino-résistance précède l’arrivée de l’insulino-déficience responsable de l’augmentation de la glycémie du DNID.

L’insulino-résistance : 

  • Précède le DNID

  • Survient sur un terrain génétique

  • Diminue l’utilisation et le stockage musculaire du glucose

  • Augmente la production hépatique de glucose

 

Dans cette pathologie, c’est l’entrée du glucose (source de notre énergie) dans le muscle qui pose problème. La voiture fonctionne mais l’essence n’arrive plus au moteur. C’est une forme de pré-jet, traduisant une peur liée à l’action ou au déplacement.

Dans le même temps, il y a une augmentation de la production de glucose par le foie, l’ensemble aboutissant à une augmentation de la glycémie.

 

Le sang étant un transposé du clan, c’est comme s’il fallait produire et garder de l’énergie pour un membre du clan : « Je dois produire plus d’énergie pour l’autre mais ne pas l’utiliser pour moi même ».

Transposé dans la vie d’une personne, c’est le sentiment de devoir se sacrifier pour le bien-être de l’autre. Au fond, c’est un sacrifice pour que l’autre vive, rebondisse ou avance dans sa vie.

Le diabète pose la question suivante:

Qui a assisté, de près ou de loin, à la mort ou à un drame d’un proche, sans pouvoir rien faire pour lui ?

 

Puisque je produis du sucre que mes muscles n’utilisent pas et que mon sang conserve :

A qui suis-je entrain d’offrir toute mon énergie ? Qui, dans notre vie et/ou dans notre histoire familiale, cherchons-nous inconsciemment à aider, à soutenir ou à sauver ? Un enfant ? Un parent ? Un Amour ?…

 

Nous pouvons chercher dans la vie, le Projet-Sens (PS) et / ou la famille de la personne, un stress lié :

  • A « je ne dois pas bouger pour me sauver ou pour sauver l’autre »

  • A la peur du faux mouvement

  •  A la mémoire de grossesse où la femme a dû rester alitée par sécurité pour elle ou son enfant

  • A des mémoires d’accouchement prématuré / de cordon autour du coup

  • A des mémoires de fausse couche

  • A des blessés difficilement transportables

Mais aussi :

  • A l’impuissance à aider, voir même à sauver, une personne importante dans ma vie

  • A « J’aurai voulu mourir à sa place »

  • A « Je voudrai lui donner toute mon énergie pour pouvoir l’aider »

  • A « Je sais que je ne peux rien faire mais j’aimerai tellement l’aider (ou sauver l’autre) »

  • A un regret / remord de ne pas avoir suffisamment aidé un proche

  • A la mort d’un proche ou drame d’un proche sans pouvoir faire quelque chose pour lui (dans le PS)

 

 Dans le DNID, le muscle n’utilise pas le sucre. Nous ne pouvons pas parler, à mes yeux, de résistance active mais plutôt de résistance passive comme celle d’un boulet ou d’un poids mort qui empêche toute action ou tout déplacement.

 

Le DNID parle ainsi de la peur d’être obligé à faire quelque chose ou la peur d’être obligé d’aller quelque part et, par extension, la peur de faire subir tout ça à l’autre.

 

Qui voulons-nous empêcher d’agir ? Qui voulons-nous freiner ? L’autre ? Nous-mêmes ? et pourquoi ? Qui voulons nous empêcher de partir ?

La physiopathologie du DNID peut aussi nous aiguiller vers un sentiment de culpabilité par anticipation : la peur que notre action ou notre déplacement ne provoque un drame chez quelqu’un qu’on aime : « Je veux l’aider à tout prix mais j’ai peur de faire mal ou de mal faire »

 

Nous pouvons chercher dans la vie, le PS et/ou famille de la personne un stress lié à :

  • Des mémoires de déporté/d’enlèvement

  • Qui a été forcé de faire quelque chose ou d’aller quelque part ?

  • Qui n’aurait pas dû bouger/partir ?

  • Qui aurait voulu pouvoir retenir une personne aimée (enfant/parent/amour…)

  • « Je veux/dois ralentir l’autre pour aider l’un des miens ou moi-même

  • Des mémoires de personne se sentant fautive pour avoir fait du mal à son clan ou un de ses membres

  • Mémoire de mort pendant une évasion/un déplacement

  • Mémoire de conséquence dramatique d’une émigration

  • Mémoire de personne se sentant impuissante devant des violences au sein de la famille

 

 Comme nous produisons beaucoup de sucre mais quel e muscle ne l’utilise pas, c’est comme si nous devions produire de l’énergie pour plus tard : « je ne dois rien faire maintenant, faire le mort et attendre le moment opportun pour agir ou fuir. » Mais le drame du diabète c’est comme si ce moment ne venait jamais. Il y a alors l’idée folle que on ne pourra pas agir ou partir etc…

Au fond en n’entrant pas dans le muscle, le DNID renvoi à un ralentissement du temps c’est comme si nous devions stopper, ralentir le temps  le temps : « Je dois attendre son retour pour recommencer à vivre » ou « je dois attendre le bon moment pour agir » . Nous sommes alors dans une forme d’attente.

 

 diabète par la langue des oiseaux

 

Dans la langue des oiseaux le D nous parle, entre autre, des origines. Dans le Tarot, le D est lié à l’empereur c'est-à-dire à l’homme ou au père protecteur et sécurisant. En négatif se serait plutôt un homme tyrannique.

Le I, quant à lui, est lié, à la roue de fortune pouvant exprimer un blocage. En hébreu le I est le point et par extension le germe et l’enfant.

Le A se rapporte au Bateleur pouvant représenter l’enfant mais aussi l’action ou le choix.

Le B est, en hébreu, la maison, le foyer, l’utérus. Et dans le tarot la papesse : La mère.

Le E est, en hébreu, lié à la vie.

Le T en Tarot pourra être associé au Mat, énergie libératrice et en mouvement. Mais il peut aussi être en relation avec la mort.

 

Le mot DIABETE, peut ainsi parler dans notre vie et/ou généalogie, d’un homme bloqué par un choix difficile à faire entre son désir d’aller apporter son soutient, sa protection à quelqu’un et celui de rester dans son foyer ; le drame de ne pas avoir pu apporter un soutient et une protection à quelqu’un qui était entre la vie et la mort ; le désir d'apporter à un membre du clan de l’énergie pour qu'il puisse rebondir et aller de l'avant après un drame.

Cela peut également évoquer la mémoire d’un drame lié à un choix cornélien, comme celui de devoir choisir entre la mère et l’enfant lors d’un accouchement.

 

DIABETE pose ainsi quelques questions : des personnes ont-elles eu le désir d’aller se battre à la guerre et y sont mortes ? Des personnes ont-elles été coincées dans un foyer par l’arrivée d’un enfant ? Des personnes ont-elles dû quitter leur foyer ou leur pays pour aller travailler ou pour échapper à une quelconque tyrannie (d’un gouvernement / d’un père/…) ? Un enfant a-t-il été forcé, par son père, de quitter le foyer ? Des enfants sont-ils morts à la naissance ou des mères mortes en couche?...

 

Livre lié : 
Décodage Bio-philosophique de la maladie 

Quand la maladie se transforme en un guide pour nous mener vers nos rêves

 

 

Partager
Partager
Partager
Partager
Partager
Please reload

N'hésitez pas à cliquer sur le bouton "J'aime" et à partager... ça fait toujours plaisir :-)

Actualité livre

Décodage bio-philosophique de la maladie

Si vous ne recevez pas le mail de confirmation ou les courriers, pensez à vérifier dans le courrier indésirable de votre boite mail et indiquez que cela n'en est pas un.

Catégories
Please reload

Posts à l'affiche

Décodage bio-philosophique de la maladie (Nouveau livre)

September 25, 2018

1/2
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez moi
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Basic Square

© 2015 Thibault Fortuner

thibaultfortuner21@gmail.com